SYNDROME D'ASPERGER

Forum destiné aux personnes asperger ainsi qu'aux parents et proches d'enfants, d'ados et d'adultes présentant le syndrome d'Asperger
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un Hommage à Kim Peek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Un Hommage à Kim Peek   Lun 08 Fév 2010, 21:39

un triste événement cette fois:
Kim Peek l'homme d'exception qui avait inspiré Rain Man s'est éteint.

Kim Peek savait lire à 16 mois, et n’a pas su marcher avant ses quatre ans. Kim Peek, qui avait inspiré le personnage de Dustin Hoffman dans «Rain man», est décédé.

Portrait d’un génie qui ne pouvait pas s’habiller seul:
C’était quelqu’un d’unique. Jamais terme aussi galvaudé n’a si justement était utilisé. Kim Peek avait inspiré le personnage de «Rain man», le génie autiste Raymond Babbit, dont l’interprétation avait valu un Oscar à Dustin Hoffman. Kim, handicapé mental et savant extraordinaire, est mort samedi à Salt Lake City, dans l’Utah, dans l’ouest des Etats-Unis. Il a succombé à un arrêt cardiaque, après avoir souffert pendant plusieurs semaines d’une infection des voies respiratoires, a expliqué son père Fran. Il avait 58 ans.

Kim Peek était doté d’une mémoire pratiquement sans limite et d’une capacité hors normes de calcul mental. «Il était unique. Je ne sais pas s’il y aura quelqu’un d’autre comme lui», s’est interrogé Daniel Christensen, de l’Institut neuropsychiatrique de l’université d’Utah, dans les colonnes quotidien local.
«Il avait une profonde et large connaissance des choses et une mémoire tout simplement incroyable», a expliqué le professeur avec qui il avait travaillé. Comparé à Google, surnommé «Kimputer», Kim a été l’objet de nombreuses études, par les plus grands scientifiques et jusqu’à la Nasa, tant son cas est resté une énigme.

Né en 1951 à Murray, en banlieue de Salt Lake, ce fils de mormons est venu au monde avec de graves dégénérescences au cerveau. Son crane était un tiers plus grand que celui d’un bébé normal, il avait le cervelet endommagé – ce qui détériore gravement ses fonctions motrices – et pas de corps calleux – le tissu liant les deux hémisphères du cerveau.
Kim était un bébé lent, qui pleurait énormément. A neuf mois, le terrible verdict tombe: son handicap mental ne lui permettra jamais de marcher ou de parler. Les médecins conseillent à ses parents de le placer dans un centre spécialisé, ce qu’ils décideront de ne pas faire, pour garder leur enfant avec eux. Mais à ses 16 mois, les choses changent. Kim parvient, seul, à apprendre à lire. Il peut alors mémoriser tous les livres pour enfants qu’il parcourt. A sept ans, il avait lu tout Shakespeare

Un jour, le petit garçon cherche dans le dictionnaire le sens du mot «confidentiel». Subjugué, ses parents réalisent alors que leur fils, non seulement connait l’ordre alphabétique, mais lit le journal seul. Il a trois ans. A quatre ans, il marche seulement pour la première fois. A la même époque, il est aussi obsédé par les chiffres et s’amuse à faire l’addition de numéros de téléphone ou de plaques d’immatriculation, en une fraction de seconde. A sept ans, Kim avait lu la Bible en entier (Ancien et Nouveau Testament), ainsi que tout Shakespeare. Selon son père, qui s’est occupé de lui toute sa vie, et l’accompagnait dans chaque déplacement, Kim lisait constamment des livres, parfois en une heure de temps, les mémorisant instantanément.
Il achève le lycée à 14 ans, l’âge où l’on y rentre, mais se voit refuser son certificat par une administration qui ne reconnaît pas le génie de l’handicapé mental. Pourtant, il est incollable sur l’Histoire du monde. Plus tard, Kim trouvera un travail dans un centre de jour pour handicapés, où il calculera les feuilles de salaires, de tête évidement…

Le film «Rain Man» l’amènera à quitter ce travail. Le film, dont le scénariste Barry Morrow avait créé le personnage après sa rencontre avec Kim, est un énorme succès et remporte quatre Oscars. Devenu une vedette, Kim, qui a alors 37 ans, est invité sur les plateaux de télévision et dans les universités du monde entier. Il émerveille les gens par ses calculs et ses connaissances, lui qui peine à nouer ses lacets, ou à brosser ses dents tout seul. Cette célébrité permet au génie de sortir de sa coquille. C’est un garçon doux et gentil, mais terriblement introverti, qui n’arrive pas à regarder quelqu’un dans les yeux, selon son propre aveu.

Au contact des autres, Kim développe une confiance nouvelle face au gens. Pendant ces vingts dernières, il a parcouru la planète et donné des conférences pour des millions de personnes. Mais le savant «attardé» n’était pas une bête de foire. En montrant son handicap, comme ses capacités, Kim voulait que l’on se rappelle d’une chose, un message qu’il dit à un enfant dans le documentaire que lui a consacré Discovery Chanel en 2006: «On n’a pas besoin d’être handicapé pour être différent, nous sommes tous différents».

On peut trouver de nombreuses vidéos sur lui sur Youtube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un Hommage à Kim Peek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hommage à Reiser
» Hommage aux mains magiques ...
» Hommage et souvenir
» Un hommage aux gens du voyage
» Barbie peek a boo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYNDROME D'ASPERGER :: Événements-
Sauter vers: