SYNDROME D'ASPERGER

Forum destiné aux personnes asperger ainsi qu'aux parents et proches d'enfants, d'ados et d'adultes présentant le syndrome d'Asperger
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 le RISPERDAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
muriel

avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: le RISPERDAL   Lun 17 Juil 2006, 21:15

Thomas est un garçon de 12 ans.
C'est il y a 3 ans que le diagnostic du syndrome d'Asperger a été posé,après des années de tâtonnements(je vous épargne les détails:vous savez tous de quoi je parle!)
Depuis des années,ses nombreuses angoisses se sont exprimées entre autre par des crises de colère incessantes,par des réactions d'agressivité,verbales et surtout physiques.
Lorsque le pédopsychiatre a posé le diagnostic,il nous a proposé d'essayer un médicament,le RISPERDAL,pour atténuer les comportements agressifs.
Nous avons commmencé par une petite dose(le risperdal est disponible sous forme de gouttes)que nous avons augmenté progressivement jusqu'au dosage préconisé par le médecin.
L'effet sur le comportement agressif et colérique a été très vite très concluant mais un effet secondaire s'est très rapidement manifesté:
le risperdal décuplait l'appétit de Thomas:il ne pensait plus qu'à manger,ne parlait plus que de nourriture,grignotait en cachette;il a pris plus de 2 kilos en un mois!
J'ai donc décidé de diminuer progressivement la dose pour essayer de trouver la dose minimale active sur son agressivité.
L'effet est moins spectaculaire qu'à la dose préconisée par le médecin mais Thomas a retrouvé un appétit normal!
Je lui donne le risperdal une fois par jourle soir au coucher car en journée,le médicament provoque de la somnolence.

Il y a bien sûr des périodes plus difficiles(des évènementsimprévus,des angoisses face aux nouvelles matières à l'école...)où je suis tentée d'augmenter la dose.
Je tiens bon:le médicament ne dois pas être la solution de facilité qui maintiendrait Thomas dans un état de douce hébétude.
Le médicament doit être un soutient et ne doit pas remplacer les efforts d'adaptation aux situations stressantes de la vie quotidienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aspergerbruxelles.be
·louis·



Nombre de messages : 309
Age : 57
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Dim 14 Déc 2008, 23:01

Ah… Mon fils prend son Risperdal le matin, lui. Il est vrai qu'il dort beaucoup la journée, mais il semblerait que ce soit car il se lève la nuit pour lire. Je ne peux pas le vérifier, moi, je dors, mais surtout, il n'est chez moi que deux week-ends/mois depuis un peu plus d'un an. Auparavant, nous ne nous voyions qu'un week-end /mois, en dehors des vacances.
Actuellement, ses 3 mg semblent convenir, Mais il n'a jamais eu de problèmes de poids.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie et Géry

avatar

Nombre de messages : 16
Age : 51
Localisation : Enines - Cmne Orp-Jauche (BW)
Date d'inscription : 05/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mer 31 Déc 2008, 11:07

Bonjour !

Intéressant cet échange sur le Risperdal...

Alexandre a eu 10 ans ce samedi 27 décembre. Il est sous Risperdal depuis fin mai 2008. Il a commencé par 0,5 mg le matin et 0,5 mg le soir. Il a pris 6 kg en 4 mois !

A la rentrée scolaire (retardée au 13 octobre suite à un accident), l'école nous a demandé de revoir la dose car Alexandre était fort excité, agité, nerveux, violent en paroles et en gestes... Mad

Début novembre, en accord avec la pédopsychiatre, nous avons augmenté la dose à 0,5 mg le matin et 1 mg le soir.

La situation comportementale d'Alexandre s'est améliorée. Il a encore pris 1 kg par mois. Il a bon appétit mais n'est pas obsédé par la nourriture. Comme il est en pleine croissance, nous ne nous attardons pas sur cette prise pondérale.

Par contre, ce qui nous inquiète aujourd'hui, c'est qu'après avoir passé une journée relativement calme et sereine, en fin de journée, il est super excité, fait tout en sautant comme un ressort bounce , chante des chansons de Noël en changeant les paroles par des "gros mots" bounce , se qualifie de bête, con, débile mental bounce , ne tient pas assis plus de 10 secondes sur sa chaise au moment du repas bounce , tombe dans la douche parce qu'il bounce toujours, fait un vrai chantier de son lit bounce et n'arrive pas à s'endormir avant au plus tôt 22h00...

Que devons-nous faire ? Encore augmenter la dose de Risperdal ? Nous craignons que cela ne soit une chaîne sans fin... Mais nous devons l'aider, nous sentons bien que cela l'épuise, le mine. Nous nous demandons parfois s'il ne fait pas une dépression quand il nous dit qu'il voudrait mourrir... pale Nous revoyons la pédopsychiatre dans 10 jours et nous sommes prêts à encore devoir augmenter la dose de Risperdal...

A bientôt,

Valérie et Géry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tetraedre.be
·louis·



Nombre de messages : 309
Age : 57
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mer 31 Déc 2008, 13:21

Vraiment curieux cette prise de poids. Ce n'est pas du tout le cas ici alors qu'il est vrai qu'on nous l'avait annoncé.
Il a également commencé le Risperdal, matin et soir, à 2x 0.5mg pour passer à 2x 1mg puis depuis un environ 3 ans à 1x 3mg le matin (et avant d'aller au lit, Chrono-Depakine 300 mg - puis 150mg et actuellement 75mg).
On a tenté de diminuer la dose, mais ça redevenait très difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
irene



Nombre de messages : 588
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Jeu 08 Jan 2009, 13:22

Il est fort probable qu'il y a un problème d'une nature non médicamenteuse. Un comportement est souvent un moyen de communication maladroit et il faut essayer d'analyser la fonction de ce comportement.
J'ai l'impression que vous "payez le prix de quelque chose ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agnes



Nombre de messages : 86
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mar 13 Jan 2009, 10:29

Bonjour,

Pour abonder dans le sens d'Irène, le fait que votre fils se traite de con, de débile mental bref en un mot se rabaisse est peut-être une piste de quelque chose de difficile à vivre pour lui? Il serait peut-être intéressant de voir s'il n' y a pas quelque choses à l'école par exemple(moqueries, échecs récurrents...). Bien sûr, ce ne sont que des suppositions mais j'ai pu constater, d'après mon expérience avec mon fils, qu'il est parfois utile de se transformer en "Sherlock Holmes" pour voir d'où peuvent provenir certaines réactions, étant donné que ces enfants ne communiquent pas les raisons de leur mal-être (et souvent de toute manière ne font pas de lien de cause à effet). Cela permet parfois de repérer les causes d'un problème et d'en parler...
Ceci n'est qu'une suggestion...
Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
·louis·



Nombre de messages : 309
Age : 57
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mer 14 Jan 2009, 09:11

agnes a écrit:
… le fait que votre fils se traite de con, de débile mental bref en un mot se rabaisse est peut-être une piste de quelque chose de difficile à vivre pour lui?
C'est un fait que ça n'est pas banal.
Peut-être qu'il subit des brimades en journée pour enfin s'épanouir, se libérer en soirée, à la maison.

Pour les violences à l'école, ça le confirmerait. Mon fiston, lui, a tendance à s'y isoler, mais c'est normal dans une école peu adaptée de type 3. Parler de violences dans ce type d'école, c'est un lieu commun. Qu'est-ce qui la motive ?
Peut-être la violence ambiante. « La violence engendre la violence », comme disait mon diplôme de morale laïque d'après un philosophe chinois (qui le disait certainement en chinois).

Les comportements agités, c'est un symptôme de la pathologie, non ?
Et là, on revient au Risperdal dont je pense que si l'idée en est choquante, ça reste un médicament nécessaire dont il n'est pas facile de trouver la dose idoine.
Reste qu'à partir de la prise en compte des symptômes et leur traitement, je ne sais pas ce qui apporte l'amélioration significative.
C'est sans doute le tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
·louis·



Nombre de messages : 309
Age : 57
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Ven 06 Fév 2009, 23:54

Tiens, je m'étais trompé un soir que j'étais épuisé, j'avais inversé les médicaments et donné le Risperdal le soir.
J'ai trouvé mon fiston plus en forme le lendemain. On en a parlé avec sa mère médecin et le psychiatre. Et il n'y a aucune contre-indication à inverser le traitement. Depuis mercredi soir on est passé à 3 Mg de Risperdal le soir et 75 Mg de Chrono-Dépakine le matin.
Le but est que notre fils se lève en forme pour sa journée à l'école.
Il avait tendance à s'endormir facilement le matin et à veiller la nuit, à lire dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
irene



Nombre de messages : 588
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Dim 08 Fév 2009, 19:24

attention à la dépakine qui est un anti épilleptique... bien respecter les indications et conseils médicaux ainsi que les horaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie et Géry

avatar

Nombre de messages : 16
Age : 51
Localisation : Enines - Cmne Orp-Jauche (BW)
Date d'inscription : 05/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Lun 09 Fév 2009, 08:01

Alexandre prend toujours 0,5 mg de Risperdal le matin et 1 mg le soir, ce qui reste une petite dose (mais quand même trop à notre goût Evil or Very Mad ).

Alexandre suit un enseignement de type 3 et séjourne dans un SRJ type 3 également, ce qui ne lui convient pas, tout le monde en est conscient.

Nous avons rencontré ses institutrices, psychologues et éducateurs, leur avons transmis un dossier sur l'autisme Asperger et leur avons donné de multiples explications, conseils... afin de mieux le comprendre, de mieux l'accompagner et lui permettre de vivre sans agressivité, sans nervosité...

Nous avons beaucoup de chance. Nous travaillons avec cette équipe depuis bientôt 3 ans, elle est très à notre écoute, cherche de son côté des pistes intéressantes pour aider Alexandre.

Et, miracle !, Alexandre va beaucoup mieux depuis début janvier : il est nettement plus calme, plus du tout agressif en geste mais encore un peu en parole avec son compagnon de chambre, plus avec ses "supérieurs"...
Il s'insulte encore un peu et se donne encore de temps à autres des coups sur la tête... Quand il est très content, et donc excité, il bounce encore un peu.

Donc, en effet, la médication n'est pas la seule solution pour arriver à un résultat (nous n'avons pas changé le traitement depuis octobre 2008); l'écoute, la compréhension, l'accompagnement de l'enfant l'aident à se sentir mieux dans sa vie, de s'adapter au monde différent du sien, d'accepter sa différence, de vivre mieux en société...

Et dès qu'il aura 12 ans (dans 2 ans), il rejoindra plus que probablement l'école des 4 vents ainsi que le nid familial Very Happy

Bonne journée à tous, sunny

Valérie et Géry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tetraedre.be
·louis·



Nombre de messages : 309
Age : 57
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mar 10 Fév 2009, 22:09

C'est fou ça. Moi, je n'ai presque plus conscience des médicaments.
J'ai bien eu des réticences, surtout que j'ai du mal à accepter de prendre une aspirine (malgré des migraines continuelles).
Depuis que Flo, mon fils, prend du Risperdal, il a tellement positivement évolué, faut dire. Ce n'est peut-être pas dû uniquement aux médicaments, c'est sûr. Mais toujours est-il que ça ne semble pas lui avoir fait du mal. Et s'il en prend tant en même temps qu'il évolue, c'est peut-être qu'il lui en faut tant.
Mais c'est certain qu'il faut être vigilant, sans cesse observer, se questionner. Ben ouais, si on peut s'en passer, ne fût-ce qu'un poil, autant le faire, c'est clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ndemul



Nombre de messages : 22
Localisation : Liège
Date d'inscription : 05/03/2009

MessageSujet: AH les médocs!   Jeu 05 Mar 2009, 09:08

Dommage que se soit toujours un sujet tabou! qui soulèvent tant de réticences.
Mais c vrai que les médocs ne remplacent pas la prise en charge psychosociale...
Pour le risperdal ce n'est certainement pas une panacée c un très vieux machin qui n'est plus utilisé ou presque en gériatrie alors on lui a cherché d'autres débouchés et on a testé en pédospy avec un certains succès (pour le moment...)
Son plus gros problème (sic!) c'est la prise de poids quand même très fréquente. (regardez les photos vous saurez dire tiens là il est sous risperdal et là pas encore!)
Mon fiston prend un tas d'autres médocs avec plus ou moins de succès car le problème de fond (une anxiété permanante et laminante) reste présent. ce qui me confirme que sans une psychothérapie pas de salut!
c comme pour la migraine ou l'insomnie vous pouvez la traiter momentannément avec des médocs mais elles reviendront toujors si on ne fait pas une recherche sur les causes du problème. Bon courage à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie et Géry

avatar

Nombre de messages : 16
Age : 51
Localisation : Enines - Cmne Orp-Jauche (BW)
Date d'inscription : 05/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mar 10 Mar 2009, 11:17

Bonjour !

Notre fils Alexandre est sous Risperdal depuis le mois de mai 2008.

S'il est vrai qu'au début, nous avons constaté une prise pondérale importante, son poids est un peu redescendu et s'est même stabilisé depuis deux mois.

Quant aux effets du Risperdal sur notre fils, positifs et négatifs, ils ont été fort marqués en début de traitement jusqu'au début du mois de février. A présent, nous nous demandons pourquoi il doit encore le prendre car la situation s'est à nouveau dégradée pour revenir presqu'au point initial bounce Mad bounce Evil or Very Mad bounce

Nous avons entendu parler d'un nouveau médicament : ABILIFY. Il s'agit d'un médicament de la même famille que le Risperdal; ses effets positifs seraient supérieurs à ceux du Risperdal, ses effets négatifs seraient quasi inexistants.

La pédopsychiatre d'Alexandre a également entendu parler de ce médicament, mais elle ne le connaît pas et ne l'a pas encore prescrit. Elle va faire des recherches à son sujet et nous donnera le résultat de ses investigations dans quelques jours...

Nous vous tiendrons informée également...

A bientôt,

Valérie et Géry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tetraedre.be
·louis·



Nombre de messages : 309
Age : 57
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mar 10 Mar 2009, 15:15

[mode ânerie on] Flo, ça lui fait pousser les pieds : taille 43 à seulement 13 ans ! [/mode ânerie off] Laughing

Sans blague, vraiment rien à signaler sauf qu'il dort beaucoup mieux en prenant le Risperdal le soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ndemul



Nombre de messages : 22
Localisation : Liège
Date d'inscription : 05/03/2009

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Mar 10 Mar 2009, 21:55

Antoine a pris de l'abilify pendant un certain temps (2ans) avec quelques réslutats. Il permet à l'enfant de mettre de l'ordre dans les idées qui affluent u peu dans le dérordre! d'où le nom (abilité). Je n'ai pas observé de prise de poids. Mais il n'apporte pas de calme à proprement parler il aurait même un peu tendance à stimuler.
Mais c un best seller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
icegirl

avatar

Nombre de messages : 163
Age : 36
Localisation : la louvière
Date d'inscription : 06/09/2011

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Lun 23 Jan 2012, 08:41

bonjour
juste pour vous dire que mon neveu prend aussi du risperdal depuis quelques années et passe égalemen ses journées a manger,quand sa maman fait les courses pour la semaine,dans les 2 jours qui suis elle peut juste retourner au magasin les refaire parce qu'il a tout dévalisé le frigo et encore comme si sa n'était pas suffisant pour lui apres cela il va cher ses grands parents égalemen pour dévalisé leur frigo !
et pour de multiples raisons,elle a fait une période sans et on a remarqué qu'il ne ce vautrais plus autant sur le frigo.

bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral

avatar

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Lun 23 Jan 2012, 09:16

Bonjour , oui cet effet secondaire est très courant et très embêtant! Pour l'enfant , les parents et le porte monnaie

A t il des problèmes de poids en plus? j'ai entendu parler de médoc apparenté mais le nom m'echappe là maintenant.

Mon fils soit dit en passant est un Dévoreur de sucreries et n'en prends pas, on m'a juste dit c'est l'adolescence Laughing pourtant elle est passée?!

Sandral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
icegirl

avatar

Nombre de messages : 163
Age : 36
Localisation : la louvière
Date d'inscription : 06/09/2011

MessageSujet: Re: le RISPERDAL   Lun 23 Jan 2012, 09:54

en tout cas pour mon neveu contrairemen peut etre a dautres il n'y a pas de prise de poid en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
neige



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 28/01/2013

MessageSujet: risperdal   Lun 28 Jan 2013, 11:39

Bonjour,


Mon fils de 11ans est aussi sous risperdal 0.5 matin et soir, il mange énormément lui aussi entre les repas.
J'aimerai voir une pédopsychiatre qui le verrait plus régulièrement une fois l'an ce n'est pas assez.il mesure 1m55 et pèse 50kg il devient tres fort , je dis ca car il lii arrive a cause de frustration de devenir violent avec moi et ses grands parents "coup de poing"l'an prochain c'est le college ca me fait tres peur;auriez vous le nom d'un bon pedopsy suis sur valenciennes merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le RISPERDAL   

Revenir en haut Aller en bas
 
le RISPERDAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des mamans d'enfants aux troubles autistiques ?
» Témoignage : spirale médication et psychiatres
» Enfants souffrant de troubles du spectre de l'autisme (TSA)
» Traitement de la phobie sociale : témoignage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYNDROME D'ASPERGER :: Médicaments ,compléments alimentaires,régimes alimentaires particuliers-
Sauter vers: