SYNDROME D'ASPERGER

Forum destiné aux personnes asperger ainsi qu'aux parents et proches d'enfants, d'ados et d'adultes présentant le syndrome d'Asperger
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une question que je me pose depuis longtemps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
agamemnon



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 07/11/2010

MessageSujet: Une question que je me pose depuis longtemps   Dim 07 Nov 2010, 20:55

Bonsoir madame

Etant donné mon intérêt pour pas mal de choses et aimant faire des recherches sur Internet, mes investigations sur les Troubles Envahissants du Développement (TED) m'ont conduit à ce forum qui, je l'espère, m'aidera un peu plus à répondre à certaines questions qui me taraudent depuis longtemps.
Oui, j'ai lu le livre sur le syndrome d'Asperger de Tony Atwood, l'année dernière un samedi du mois de mai. Une grande partie de ce qui y était écrit m'a paru tellement vrai, tellement réel ! Je sais ce que c'est qu'être différent -en tout cas, on me le fait bien sentir- et c'est tellement injuste de rejeter une personne simplement parce qu'elle n'agit pas, ne pense pas comme les autres.
Longtemps, j'ai préféré me dire, un peu à la manière de Sartre, que "l'Enfer, c'est les autres.". C'est vrai que c'est eux qui vous jugent, qui vous perçoivent de telle ou telle façon. Et c'est avec eux que l'on doit vivre. malheureusement, je n'en sais rien mais en tout cas, étant jeune (enfin, même si j'ai 21 ans, vous voyez ce que je veux dire), je me disais toujours que si j'avais à choisir entre la solitude et la vie en collectivité, je choisirais la première solution.

Sur les forum parlant du syndrome d'Asperger, j'ai remarqué que les personnes qui cherchaient à savoir si elles étaient ou non atteintes de ce syndrome faisaient une liste de ce qui pourrait entrer dans les symptômes cités, un peu à la manière d'un plan argumentatif du type "thèse - problématique-argument-exemple". Un peu scolaire. C'est un peu le genre "j'ai des meubles, et je dois coûte que coûte les placer dans une pièce donnée".
Mais que se passe-t-il lorsque cette pièce est trop petite ou trop grande pour y mettre mes meubles? Ou quand on n'arrive pas à les ranger ? Ou quand c'est trop plein ou trop vide ?
Alors pour parler de moi, je vais déballer les fonds de tiroir...

Je disais donc : les gens vous jugent ou, pour utiliser un euphémisme, tentent de vous comprendre. Avec moi, ils ont essayé, ils essaient et ils essaieront toujours (même si j'ai une grosse envie qu'ils me laissent tranquille avec leur jugement).
Les psychologues, d'abord. Je les déteste. Toujours à mettre des grands mots là où il n'en faut pas (je dirais plutôt, des grands maux). Toujours à culpabiliser les parent. Il y a toujours des exceptions ? Oui, mais l'exception confirme la règle. Des psychologues, j'en ai vu pendant dix ans... parce que mon comportement n'était pas "normal" ! A 1 ans, il n'était pas normal de faire des grimaces ou de rire de son reflet dans la glace. Ensuite, la rentrée en Maternelle, où ma mère est convoquée parce que je semble être sur une autre planète, renfermé. Plus tard dans la même période, ma mère est reconvoquée et on lui dit que je suis handicapée et que jamais, je ne ferais une scolarité "normale", jamais je ne saurai lire (tout ça à cause d'un bonhomme-têtard).
Lire, j'ai su le faire à 4 ans. Des études, j'en ai fait jusqu'à BAC+2. J'ai vu un psychologue jusqu'à l'âge de 10 ans, sans vraiment savoir à quoi ça servait.
Les autres, ensuite, qui ont essayé de me coller des étiquettes. J'étais le bouc-émissaire de quelques-uns, qui me frappaient ou me surnommaient "l'intello", "l'ordinateur". Pourquoi moi et pas le "premier de la classe" ? Ou certains adultes me classaient dans une certaine catégorie : soit autiste, soit surdoué, soit schizophrène, borderline ou bipolaire. Dans un entretien professionnel, récemment, le recruteur a affirmé que j'étais "cyclothymique". Alors, fou, pourquoi pas ?!

Il m'est arrivé de demander à mon entourage ce qu'ils me reprochaient (aprés tout, il n'est jamais trop tard pour se remettre en question). Voilà ce qu'ils me "reprochent" :
- mon langage. Ils disent que j'ai un langage trop "soigné", que je ne parle pas comme les gens de mon âge. Petit, ils me disaient que je parlais comme un adulte (c'est vrai que je préférais la compagnie des adultes, mais de là à parler comme eux...). Je suis adulte et j'ai le même reproche de la part... d'adultes. Ils me disent que je parle comme un livre, ou que je suis "pédant". Ados, je pleurais à cause de ça parce que certains pensaient que je me donnais un air hautain, que j'étais prétentieux. Pourtant, je ne le fais pas exprès... Si j'étais vraiment un livre, je comprendrais les implicites, les mots simples de la vie de tous les jours et les blagues de mes congénères !
- ma façon de m'habiller. Enfin, dans le civil, étant donné que je suis militaire. Je ne suis pas particulièrement intéressé par la mode. Je n'aime pas, dans le civil, avoir à réfléchir sur la manière dont je vais m'habiller ou si je le fais, c'est au prix de gros efforts, et ça me fatigue. Il y a certains habits que je n'aime pas à cause de leur texture, comme la laine, où parce que les porter correctement exige de constants réarrangements, comme la tenue de défilé. Dans le militaire, ce qui est bien, c'est que je n'ai pas à réfléchir chaque jour sur la façon de m'habiller : je sais qu'ils faut la tenue de travail tous les jours, sauf le dimanche où il y en a une autre spéciale. Une pour se présenter au commandant et une pour défiler (que je n'aime pas). Au moins, il n'y a personne pour me dire que je m'habille mal.
- mes centres d'intérêt. Je suis intéressée par beaucoup de choses dans le domaine de l'intellect. Les sciences comme l'astronomie, la météorologie, l'histoire, la géographie, la médecine. D'autres domaines comme la philosophie, la politique, l'informatique. J'aime aussi dessiner et écrire. La lecture aussi, surtout les encyclopédies et les atlas. Il m'arrive souvent de "plomber" une conversation parce que je parle de tous ces sujets, sans me rendre compte des fois, que j'ennuie les autres.
- aller vers les autres. J'ai du mal à aller vers les gens et à me faire des amis. J'ai des amis mais ils me ressemblent. Quand je suis une conversation -et ce n'est pas moi, en général, qui l'ai initiée- je semble être absente et je ne sais souvent pas de quoi parler avec les autres, sauf si c'est du travail. Pour entamer une conversation, je parle souvent de choses "intellectuelles" parce que je ne vois pas comment faire autrement, à part les "bonjour, ça va ? Oui, ça va et toi ? Oui, ça va.". Et ça me déprime parce que je les vois rire entre eux, sembler en parfaite symbiose.

Pour les étiquettes qu'on a essayé de me coller, j'ai essayé de les explorer à mon niveau. La seule fois où j'ai été plus loin, c'est pour le diagnostique de surdoué. J'ai passé les test pendant mon année de Terminale, parce que j'étais dépressif et que je voulais m'expliquer mon décalage permanent avec les autres.
J'ai un QIV supérieur de 18 pts au QIP. Le rapport dit que j'hyperintellectualise, que je sais faire les choses compliquées et non les choses simples, que je suis "brouillon". C'est la seule chose que j'ai faite.
Pour le reste ( schizophrène, bipolaire...), je ne m'y reconnais pas du tout.

Si vous avez été assez patiente pour me lire, pensez-vous que cela vaut la peine de consulter un spécialiste ?
J'aimerais beaucoup savoir de quoi il s'agit, tout d'abord pour mon développement personnel et aussi pour aider ma mère, car mon dernier frère (âgé de 4 ans), semble avoir les mêmes problèmes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Lun 08 Nov 2010, 18:34

Bonjour je me permets de te répondre car Irène a pris congé de nous depuis quelques jours.

j'ai eu le courage de te lire jusqu'au bout geek C'est une des questions les plus ardues que celle du diagnostic adulte.

J'ai rencontré un aspi de 24 ans qui m'avait contacté en disant avec des pointes d'hésitation "ma mère a des doutes que je sois SA , elle veut savoir, ect dois-je consulter" mais lui finalement ne semblait pas vraiment intéressé car ça ne changeait pas grand chose à sa vie de savoir ou pas,
il se savait différent et l'étiquette verte, mauve ou jaune, peu importe
Finalement il a passé avec sa mère les tests et il a été dit qu'il était SA, mais ça n'a pas changé quoi que soit a sa vie, il avait bien su mener sa barque jusque là et il restait pareil à lui même, solitaire et autonome...

Donc à toi de voir si c'est pour ta mère et ton frère ou pour toi, et ce que ça peut t'apporter au juste
Tu sembles en tous cas bien adapté si tu bosses à l'armée et manipule la langue française avec art.

Il y a effectivement des personnes qui nous exposent ici des listes de symptômes, mais c'est tellement relatif et il y a tellement des troubles apparentés au syndrome mais qui n'en sont pas...Il y a aussi les personnes HP haut potentiel qui partage pleins de similitudes avec le SA...Et même dans le SA lui-même il y a diverses degrés d'adaptation...

Il y en a d'autres par contre pour qui c'est un impératif de savoir et la question semble ne pas se poser.

N'hésite pas à nous poser d'autres questions
Cordialement
Sandral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerie



Nombre de messages : 616
Age : 46
Localisation : hainaut
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Lun 08 Nov 2010, 20:14

moi aussi j'ai tout lu!
je pense un peu comme sandra
tu me fais bcp penser à mon fils , il a 14 ans mais je ne peux rien dire d'autre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agamemnon



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 07/11/2010

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Lun 08 Nov 2010, 20:49

Bonjour Sandral

Si je suis dans l'armée, ce n'est pas parce que je suis "bien ou mal adapté". C'est un choix motivé par certains besoins, certains impératifs de la vie quotidienne. Dans l'armée, il y a l'ordre, la discipline, le cadre de vie. Une fois dans l'armée, tous ces défauts que j'ai et qui se font criants sont camouflés.
Cependant, je ne l'ai pas fait sans peine, même si l'armée de maintenant n'est plus celle d'hier. Ce qui m'a le plus aidé, c'est ma volonté sans failles, le goût de l'effort et du travail transmis par l'éducation de ma mère (et je l'en remercie encore).
C'est l'armée qui m'a appris à marcher droit, à ajuster ma posture et à corriger ma démarche, notamment grâce à l'ordre serré. Elle m'a appris à courir et à nager. De tout cela, j'en étais empêché par mes problèmes de coordinations... Leur méthode ? Le "drill", c'est-à-dire nous faire répéter les mêmes gestes, dans le même ordre et au même instant T chaque jour. Puis cela devient automatique, comme si nous savions faire cela depuis toujours.
Avec l'armée, j'ai caché mon manque d'habiletés sociales : plus de problèmes pour s'habiller, pour dire bonjour. Les règles sont clairement expliquées.

Je manie la langue française avec art, dis-tu !
L'orthographe, la grammaire et la conjugaison sont une obsession chez moi, comme les nombres chez certains. La première chose que je vois dans un texte, c'est la forme et non le fond. Lorsque quelqu'un écrit, les fautes d'orthographe, de grammaire et de conjugaison me sautent aux yeux. Une personne qui prononce mal un mot ou fait une faute de langage, je ne pourrai faire autrement que de le lui dire.
Je me rappelle un jour d'école, en primaire. La maîtresse rend un devoir écrit et dit à un élève : "Tu écris comme tu parles !". Ensuite, elle me félicite pour mon devoir écrit sans fautes et c'est là que je lui dis : "Moi aussi, j'écris comme je parle !"
Tout cela pour dire que ma façon d'écrire reflète ma façon de parler. Les gens croient que je suis issu d'une famille aisée, dont les parents sont hautement diplômés. Faux !
Même à l'armée, il m'arrive de faire des erreurs de sens sur des mots "simples" au point de passer pour idiot. Je pourrais vous donner quelques anecdotes si vous vouliez en savoir plus, mais la question n'est pas là.
Pour ce qui est de la rédaction, elle a commencé à me poser problème quand il a fallu faire des dissertations (hors-sujet, analyse "tirée par les cheveux", etc.).

Dernièrement, il y a eu un reportage sur l'autisme où ils ont parlé du syndrome d'asperger. Je l'ai vu avec ma mère et ma mère m'a dit : "On dirait toi.".

????

Bonjour, valérie

Et si vous m'en disiez plus sur votre fils ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Lun 08 Nov 2010, 21:09

Bonsoir, merci pour ta réponse,
oui j'en conviens ce n'est pas une question d'être bien ou mal adapté à l'Armée. Je me doute que la discipline est très structurante et rassurante. Je te remercie de nous éclairer si lucidement sur ce que t'apporte une institution aussi règlementée que l'armée

Je voulais juste exprimer que les personnes aspi que je connais ont un grand besoin de solitude en fait, mais je sais que c'est très relatif, on peut être seul au milieu du monde...

Quand à l'obsession d'un français correct les SA que je connais ont souvent cette exigence. Moi -même aussi je suis très pointilleuse à ce sujet et j'adore la langue française à tous les niveaux. Mon fils aussi SA de 16 ans a toujours été un féru d'orthographe et de littérature.
Mais comme tu le dis les analyses de livres et les dissertations, au fil du temps ça devient difficile au lycée car il ne partage pas le point de vue du professeur , est trop alambiqué ou s'arrête sur des détails insignifiants pour eux. Lui il temporise beaucoup avec l'humour , ça le sauve des embuches bien souvent.

cordialement

Sandral

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerie



Nombre de messages : 616
Age : 46
Localisation : hainaut
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Mar 09 Nov 2010, 06:47

que veux tu que je te raconte sur mon fils?
il y a tellement de chose à dire,
il a été diagnostiqué asperger suite à un test pour voir si il était hp!
il a de très bons résultats scolaire , il est en 3eme secondaire option sciences
pas d'amis mais il s'en moque,.....

voilà un début
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agamemnon



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 07/11/2010

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Mar 09 Nov 2010, 20:14

Bonjour Sandral
Etre seul au milieu du monde, je connais cela depuis longtemps.
Le besoin de solitude ? Je te dirais : comme il est bon d'être seul à rêvasser et redevenir soi-même, aprés avoir été avec les autres et faire de gros efforts pour s'adapter au monde qui nous entoure !
Il n'y a que la Lune qui peut tourner indéfiniment autour de la Terre. Et nous, nous sommes des astres errants, en quelques sortes. Et qu'on le veuille ou non, que les autres le veuillent ou non, nous participons à l'harmonie de ce monde. Comme le disais Baudelaire, "là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté.".
Eh bien là, je vous répond à la manière d'un poète, qui touche par les mots et par les émotions.
L'obsession du Français ? Pendant l'enfance, le dictionnaire me servait de livre de chevet. J'aimais lire le Bécherel et les pages roses de citations latines.
J'aime les langues étrangère : je parle couramment l'Anglais, connais l'Espagnol et j'ai appris seule l'Allemand. Je lis le Néerlandais. Je connais le latin et j'ai appris seule le grec ancien.
J'aime les codes en tous genre : petit, j'étais passionné par la phonétique anglaise et française. Puis avec l'armée, le morse et les bras. Avec ces bases, je crée mes propres codes écrits. Il y en a un que j'aimerais bien apprendre, c'est le "sourd-muet" et j'en ai étudié un il y a peu, qui est le langage binaire.

Bonjour Valérie
Tu dis que ton fils a été diagnostiqué AS suite à un test HP. Comment cela est-il possible ? Dans quelles circonstances ? Moi aussi, on a voulu voir si j'étais HP...
Sinon, des amis, j'en ai, ils sont très compréhensifs ou ils sont aussi "bizarres" que moi. C'est pour cela que j'en ai très peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerie



Nombre de messages : 616
Age : 46
Localisation : hainaut
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Mar 09 Nov 2010, 20:50

nous trouvions que Baptiste etait différent, tres intelligent ,....suite à plusieurs situations , nous avons été à l'université de mons pour le faire tester pour voir si il n'était pas hp
la psy a trouvé qu'il avait un QI très élevé mais a trouvé qu'il y avait autre chose, elle nous a parlé du syndrome d'asperger et nous a orienté vers le susa
et la verdict est tombé quand il avait environ 11ans

Il ne recherche pas d'amis , il a quelques amis , dont un depuis la 3eme primaire, mais il ne cherche pas à communiquer avec lui ( ils ne sont plus dans la même école depuis 3 ans ),
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Jeu 11 Nov 2010, 17:43

Bonjour Agamemnon
J'apprécie beaucoup ce que tu a écris sur la solitude et l'harmonie du monde fait de diversité
Citation :
Etre seul au milieu du monde, je connais cela depuis longtemps.
Le besoin de solitude ? Je te dirais : comme il est bon d'être seul à rêvasser et redevenir soi-même, après avoir été avec les autres et faire de gros efforts pour s'adapter au monde qui nous entoure !
Il n'y a que la Lune qui peut tourner indéfiniment autour de la Terre. Et nous, nous sommes des astres errants, en quelques sortes. Et qu'on le veuille ou non, que les autres le veuillent ou non, nous participons à l'harmonie de ce monde. Comme le disais Baudelaire, "là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté.".
C'est une vision magnifique et positive du monde. Je te remercie d'en faire part!

Les gens dit "normaux, pour mon fils et moi c'est parfois eux les étranges! et parfois on le trouve si ennuyeux qu'on préfère encore la compagnie des "bizarres"
je pense aussi que les bizarres attirent et sont attirés par les bizarres.
Heureusement qu'il y a cette diversité du genre humain sinon quelle lassitude!

Question éloignée de mes propos: est ce que ton nom serait du à un gout pour égyptologie?

farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une question que je me pose depuis longtemps   Aujourd'hui à 10:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Une question que je me pose depuis longtemps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 100 questions bizarres que personne ne pose !
» MAC, MAC, MAC
» Déja sur mon forum préférer depuis longtemps mais jamais présentée :'(
» « Finalement, on a qu'un vrai père, et je t'attends depuis longtemps » - Matt
» La raison pour laquelle les personnes en couple depuis longtemps finissent par se ressembler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYNDROME D'ASPERGER :: Questions à Irène-
Sauter vers: