SYNDROME D'ASPERGER

Forum destiné aux personnes asperger ainsi qu'aux parents et proches d'enfants, d'ados et d'adultes présentant le syndrome d'Asperger
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Relation émotionelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gurdill



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 07/10/2013

MessageSujet: Relation émotionelle   Mar 08 Oct 2013, 01:04

Bonjour, je n'était pas trop surs de savoir où poster ceci, ce coin ci me paraissait le plus approprié, mis à part que l'avis des autres m'intéresse tout autant que celui d' Irène.

Je dois avouer que mon gros soucis actuel est de type sentimental (ce n'est pas le plus grâve, ni le plus pressant, mais pour moi c'est celui qui est prioritaire).
Je suis très proche de ma meilleure amie, et en fait seule amie, on se connais depuis plus de 10 ans et on se ressemble beaucoup, elle non plus n'a pas d'autres amis, on a eu des amis commun, mais on a perdu le contact.
On a la plupart de nos intérêts en commun, c'est d’ailleurs la seule avec qui je peux discuter des heures de mon intérêt spécial sans qu'elle me trouve ennuyant ou m'envoie balader.
Elle compte énormément pour moi et se trouve même devant mon intérêt spécial dans ma liste des priorités.

Ces derniers temps, j'ai beaucoup remis notre relation en question, sachant à quel point nous somme proche, à quel point j'ai besoin d'elle dans ma vie et que nous sommes tout deux asexuels et childfree, Je me suis demandé si on était encore dans le cadre de l'amitié, pour en conclure que ce que je ressent pour elle ce doit être ce que l'on appelle l'amour.

J'en ai discuté avec mon psy, lui ai montré certaines de nos conversation et pour lui il ne fait aucun doute que mes sentiments pour elle sont réciproque, une amie que l'on avais en commun m'a également dit que ça sautait aux yeux, que même si on le disais pas c'est comme si on était en couple et que malgré ce que je pense il est clair que mon amie éprouve le même pour moi.
Le gros problème étant que je ne veux pas la perdre, ma vie n'avais pas de sens avant de la rencontrer et j'ai bien peur qu'elle n'en ai plus si je la perdais. Seulement, je veux être honnête avec elle et ne rien lui cacher car sinon j'ai l'impression de la trahir.

Il y a quelques mois, j'ai pris mon courage à deux mains et je lui ai avouer exactement ce que je ressentais dans un mail, c'est à dire que j'aime passer du temps avec elle, que bien que je n'en sois pas capable, j'aime quand elle me prend dans ses bras ou me tient la main, j'aime veiller sur elle, je suis heureux quand elle est heureuse, bref que je la considère comme ma petite soeur, mais que sachant que l'on est asexuel et childfree, ça doit être ça l'amour pour des gens comme nous.
Elle m'a répondu que je réfléchissait trop et que je devrais garder ça pour quand je m’ennuie. Je dois avouer que je n'ai pas bien compris son point de vue sur la question, mais au moins ce n'était pas un rejet catégorique.

On a abordé plusieurs fois le sujet quand on c'est vu, elle me dit qu'elle se fait ennuyer par son entourage parce qu'elle est célibataire et qu'ils veulent tous qu'elle se case. Je lui répond que c'était le cas pour moi et que moi aussi avant je cherchais quelqu'un pour me caser comme tout le monde et puis je me suis rendu compte que notre relation m'apportait tout ce dont j'ai besoin, donc d'une manière je me considère comme étant déjà casée, je lui dit que si c'est également ce qu'elle ressent, elle n'a qu'à répondre qu'on est ensemble, ce à quoi elle me dit que ça marchera pas car pour les autres "on est pas en couple si on n'embrasse pas et si on ne couche pas" et donc qu'ils continueront à chercher à la caser.

Petit à petit les choses se sont amélioré pour nous, on se voyais plus souvent, on parlais plus librement, elle annonce clairement aux gens qu'elle ne cherche personne (même si les gens continue à l'ennuyer et qu'elle ne comprend rien à la drague et pense toujours que les gens veulent juste être amis alors qu'ils lui font clairement du rentre dedans tellement pas subtile que même moi je comprend).

Et puis là y a quelques jours alors qu'on parlait d'un mec qui l'invite boire un verre et de comment elle peux lui dire qu'elle est pas intéressée, elle m'annonce qu'on lui a prédit qu'elle allait faire une rencontre dans les mois qui suivent et qu'elle finirait par se marier (alors qu'elle ne vois aucune utilité au mariage et n'a jamais eu l'intention de se marier).
Elle me dit que l'idée d'un mariage l'angoisse, mais qu'elle aimerais bien trouver un homme qui lui plaise extérieurement et intérieurement qui sois asexuel, childfree et qui ne la touche pas sauf si elle est d'humeur.
Elle me dit qu'il y a un garçon qui lui plait à son boulot, mais qu'il ne semble pas la remarquer alors qu'elle aimerais tant être dans ses bras.
J'ai fait quelques allusions par exemple le fait qu'il y a pas besoin de chercher, si elle veux un mec asexuel childfree, qui la comprend et qui a du mal avec le contact physique que je suis là, à moins qu'elle me trouve moche. Ou encore que je connais bien ça le fait d'aimer quelqu'un mais qu'on ne semble même pas exister à ces yeux, mais elle n'a rien répondu, soit elle n'a même pas tilté, soit elle préférais ne rien dire.

Depuis, je suis vraiment perdu, j'ai déjà d mal à comprendre les gens normaux (surtout les femmes), mais elle c'est encore pire, bien qu'elle ne soit pas Aspie, elle a les même problème pour la communication, elle ne comprend pas la pensée de l'autre, les sous entendu, ne lis pas entre les lignes, elle agit de manière très familière avec tout le monde, ce qui passe généralement pour des signes d'intérêts envers les mecs alors que c'est pas ce qu'elle cherche. Par contre elle agit de manière émotionnelle de la même manière qu'une personne neurotypique.
Maintenant je ne sais plus quoi, est ce qu'elle a compris mes sentiment pour elle ? Il me semble lui avoir expliquer clairement mais avec elle on sait jamais, même si un mec li dit "je t'aime" elle n'est pas surs si il la drague ou non...
Si elle a compris mes sentiment, est ce qu'elle agit de manière à ce qu'on reste amis ou est ce qu'elle éprouve le même sentiment envers moi ?
Est ce que c'est encore un truc tordu des gens normaux de dire un truc en pensant autre chose et qu'il faut l’interpréter autrement comme on m'a déjà expliquer, que c'est une "manière de tester ce que je ressent pour elle" ou alors un sous entendu pour me dire d'améliorer mon physique ou d'être plus tactile et la prendre dans mes bras ?

Je ne vois pas la marche à suivre, du moment qu'elle est près de moi et heureuse, moi ça me convient, que ce soit en tant que "grand frère" ou en tant qu'amoureux, mais la marche à suivre n'est pas la même.
Si je la traite comme une petite sœur et que pour sa part elle est amoureuse de moi, elle risque de se sentir rejetée, si ça se trouve c'est peut-être déjà le cas et c'est pour ça qu'elle me teste.
Mais si je la traite comme une petite amie alors qu'elle me vois comme un grand frère, elle risque de me trouver trop collant, trop entreprenant ou de mal le prendre et me rejeter.

Puis ça me fait très mal quand je l'entend parler d'autres mecs qui lui plaisent ou qui la drage, on me dit que c'est de la jalousie, mais je ne pense pas, je crois que si jamais elle trouve un mec qui la rend heureux et lui offre ce que moi je ne sais pas lui offrir, alors son bonheur fera le mien, seulement j'ai très peur de la perdre, et je vois suffisamment d'exemple que pour savoir que quand les gens se mettent en couple ils finissent par délaisser leurs amis, et j'ai vraiment très peur qu'elle trouve quelqu'un, finisse par m'oublier et que je me retrouve tout seul avec ma vie vide de sens...
Je lui ai déjà parlé plusieurs fois de ma crainte de la perdre, ce à quoi elle me répond qu'on ne perd pas les gens comme ça, quand je lui fait remarquer qu'on a perdu tout nos amis de cette manière, elle me dit juste que nous c'est différent et que c'est pas possible qu'on finisse par laisser l'autre.

*soupir*
Voila, c'était mes ptits problèmes existentiel. Désoler de vous souler avec ça, mais ça me trotte dans la tête et je suis plus bon à rien, alors étaler tout ça par écrit m'aide à me vider un peu la tête.

Halala, je rêve d'un monde où les gens diraient clairement les choses plutôt que dire des trucs qui veulent dire autre chose ou alors dire quelque chose alors qu'on pense autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
irene



Nombre de messages : 583
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: Relation émotionelle   Mar 08 Oct 2013, 14:17

Je me demandais s'il ne serait pas possible que vous alliez tous les deux chez ton psy , il pourrait traduire les réponses qu'elle fait et cela te permettrait de dire aussi les choses comme tu viens de les écrire.
Propose lui en disant que c'est important pour toi de dire tout ce que tu penses et d'entendre toutes ses réponses avec un "assistant" à la communication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Relation émotionelle   Mar 08 Oct 2013, 16:38

c'est mieux que je poste mon message ici !

Salut Gurdill,

Le probleme que tu soulèves est le plus épineux à résoudre: le relationnel et le déchiffrement des messages d'autrui.
Moi quand j'avais ton âge je rêvais d'un monde où les émotions aient des couleurs qui s' afficheraient sur notre peau, au front par exemple: rouge amour, bleu peur, orange joie, colère noire... ce serait si simple pour comprendre et impossible de camoufler !!

je suis Sandral "tendance aspie" comme je dis, pas diagnostiquée et indifférente à l'etre, et maman de Y. 19 ans aspie diagnostiqué à 12 ans.
Il a eu la chance d'être élevé dans la non contrainte, le soutien et l’écoute à la maison et la chance de rentrer dans la vie sociale tout doucement en fin de secondaire et de rencontrer des filles ...

Mais ce n'est pas tout rose!! il n'y a pas un jour où il pense que les doutes et les peurs sont dissipées, il est toujours dans l'angoisse de faire des gaffes , d’être pas assez ceci, pas assez cela, qu'elle le quitte, et puis la sexualité ce n'est pas encore à l'ordre du jour...du coup je le retrouve fort a travers ton témoignage avec ton amie ! Elle aussi est spéciale mais ni aspi ni NT juste atypique et "fermée"

eux aussi ils sont très proches, comme des amis ou des frères et sœurs mais pas comme un couple traditionnel( le toucher est difficile pour les 2 semble-t-il) .
Pour lui tout a commencé par une amitié, et a bifurqué vers une relation amoureuse , mais il a fallut un an avant qu'il puisse avouer ses sentiments avec la peur terrible de tout gâcher entre eux, heureusement elle a dit c'est réciproque... et pourtant même en étant officialisé , leur relation "amoureuse " n'est pas évidente du tout... plein de barrières entre eux doivent encore être franchies, et un extrême respect du rythme de chacun et une grande patience et confiance sont nécessaires à cela.

Pour ton amie je ne préfère pas te donner des conseils bateaux ! mais en effet ses contradictions doivent être difficiles à gérer pour toi... et comme dit Irène ce serait très bien si elle acceptait de voir quelqu’un pour vous aider à mieux communiquer vos émotions

A bientôt

S.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gurdill



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 07/10/2013

MessageSujet: Re: Relation émotionelle   Jeu 24 Oct 2013, 00:07

Merci de vos réponses qui m'ont aidé à réfléchir à tout ça (même si ça tourne encore).
Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt, j'ai su lire vos réponses mais j'avais des petits soucis qui m'empêchais de répondre dans l’immédiat silent 

sandral a écrit:
Moi quand j'avais ton âge je rêvais d'un monde où les émotions aient des couleurs qui s' afficheraient sur notre peau, au front par exemple: rouge amour, bleu peur, orange joie, colère noire... ce serait si simple pour comprendre et impossible de camoufler !!
Ah, pour les couleurs je ne sais pas, mais les japonais ont développé divers produit (oreilles de chats, de lapin, queue de chat, de chien,...) qui réagissent aux émotions de celui qui les porte et bougent en fonction, il y a même d'autres gadjet compatible comme un GPS qui indique quelle émotion vous ressentez à tel endroit et qui peux être partagé en ligne... enfin bref, plein de gadget futuriste. Je sais que les oreilles de chats s'appellent "Necomimi" de Neurowear.

sandral a écrit:
Il a eu la chance d'être élevé dans la non contrainte, le soutien et l’écoute à la maison et la chance de rentrer dans la vie sociale tout doucement en fin de secondaire et de rencontrer des filles ...
En effet, il a bien de la chance d'avoir des gens qui le soutiennent et le comprenne (ne serait-ce qu'un minimum), pour ma part le seul soutient que j'ai c'est de la part de mon amie et de mon psy, les autres ne font que m'enfoncer continuellement (que ce soit intentionnel ou non) et ça n'aide vraiment pas.

sandral a écrit:
Mais ce n'est pas tout rose!! il n'y a pas un jour où il pense que les doutes et les peurs sont dissipées, il est toujours dans l'angoisse de faire des gaffes , d’être pas assez ceci, pas assez cela, qu'elle le quitte, et puis la sexualité ce n'est pas encore à l'ordre du jour...du coup je le retrouve fort a travers ton témoignage avec ton amie ! Elle aussi est spéciale mais ni aspi ni NT juste atypique et "fermée"
Ton témoignage m'a fait du bien de voir que je n'étais pas le seul.
En effet, je vie également dans la tourmente de faire une gaffe et de la perdre, et je me rend bien compte que d'être ensemble ne diminuerais en rien cette angoisse.
Je crois qu'il faut apprendre a vivre avec cette angoisse, je sais très bien que c'est mauvais de reposer sa vie et ses espoirs sur une autre personne et que le mieux serait d'apprendre à vivre pour moi, mais je n'y suis jamais parvenu.

irene a écrit:
Je me demandais s'il ne serait pas possible que vous alliez tous les deux chez ton psy , il pourrait traduire les réponses qu'elle fait et cela te permettrait de dire aussi les choses comme tu viens de les écrire.
Propose lui en disant que c'est important pour toi de dire tout ce que tu penses et d'entendre toutes ses réponses avec un "assistant" à la communication.
sandral a écrit:
eux aussi ils sont très proches, comme des amis ou des frères et sœurs mais pas comme un couple traditionnel( le toucher est difficile pour les 2 semble-t-il) .
Pour lui tout a commencé par une amitié, et a bifurqué vers une relation amoureuse , mais il a fallut un an avant qu'il puisse avouer ses sentiments avec la peur terrible de tout gâcher entre eux, heureusement elle a dit c'est réciproque... et pourtant même en étant officialisé , leur relation "amoureuse " n'est pas évidente du tout... plein de barrières entre eux doivent encore être franchies, et un extrême respect du rythme de chacun et une grande patience et confiance sont nécessaires à cela.

Pour ton amie je ne préfère pas te donner des conseils bateaux ! mais en effet ses contradictions doivent être difficiles à gérer pour toi... et comme dit Irène ce serait très bien si elle acceptait de voir quelqu’un pour vous aider à mieux communiquer vos émotions
J'ai parlé de tout ça à mon psy,et il m'a également fait remarquer que ce serait une bonne idée, mais elle me pose quelques problèmes.

Notre relation n'est pas officialisée, d'après le psy, j'ai une vision de l'amour tellement désexualisée que je pourrais lui avoué 100 fois que je l'aime, elle me répondrait "mais je le sais bien" mais pour elle je l'aimerais comme une petite sœur et non par de l'amour avec un grand A.

Là ça me pose deux gros soucis :
- Soit elle prend ça comme une thérapie de couple et si ce n'est pas sa vision des choses je risque gros, soit elle prend ça comme avoir un assistant pour la communication entre nous et là elle risque de se dire qu'on s'est toujours bien compris durant toutes ces années et que c'est une lubie de me croire Aspie et de ne plus la comprendre. (Pouvoir être enfin pris au sérieux comme étant différent des NT est ce qui motive ma demande de diagnostic).

- Elle n'aime pas du tout les psys car elle me dit que les psys ont la fâcheuse manie à vouloir mettre des étiquettes sur tout, vouloir tout comprendre et tout expliquer, tout maitriser et que pour eux si on ne rentre pas dans le moule de la normalité il se font un devoir de vouloir vous changer.
Le psy m'avait déjà demandé de lui proposer de venir m'accompagner pour m'aider dans ma thérapie de la phobie sociale, ça ne s'est jamais fait, mais elle m'a répondu que si ça peux m'aider à progresser elle voulais bien participer.

La en discutant avec le psy, il me faisait remarquer que j’imagine très certainement mon amie tel que je souhaite la voir, que le fait d'être aspie me fait la voir comme une aspie, le fait d'être asexuel me fait la voir comme assexuelle, mais que rien ne dit que c'est le cas.
Je sais bien qu'elle n'est pas aspie, elle est trop illogique pour ça, mais pour moi elle n'est pas non plus comme les autre NT, elle ne comprend pas les sous entendus, double sens, ne décèle pas le langage non verbal.
Et pour moi il ne fait aucun doute non plus qu'elle est également asexuelle, non seulement elle me l'a déjà dit à maintes reprise, mais je connais bien son point de vue sur la chose. D'après lui le fait qu'elle puisse être amoureuse physiquement de quelqu'un fait qu'elle n'est pas asexuelle, c'est juste qu'elle n'a pas encore trouver le bon, ou encore que le fait qu'une femme bossant dans le milieu médical déclare ne jamais s'être masturber ou ne pas savoir qu'il peux y avoir stimulation sans pénétration soit des bobard de sa part et que je ne peux pas sincèrement y croire.

Tout ça me fait me dire que mon amie n'a pas tort sur son point de vue des psys, c'est très dur de leur faire comprendre qu'une personne ne réagis pas forcément de la manière décrite dans leurs cours (la preuve il n'avais jamais entendu parlé du syndrome d'asperger avant moi et ne croyais pas qu'une personne puisse agir de manière aussi bizarre, avant de se renseigner sur l'Asperger et voir que c'était possible).

Je crois sincèrement mon amie, elle me parle peut-être parfois dans une langue que moi pauvre aspie je ne comprend pas, mais elle a toujours été sincère avec moi. Si on ne peux plus faire confiance à la seule personne en qui on a confiance, où va le monde ! Rolling Eyes 
ça peux sembler impossible qu'après tout les cours elle ne sache rien sur la sexualité, mais je sais à quel point elle est naive, et pour tout dire, j'ai eu les mêmes cours qu'elle et je ne suis pas surs de connaitre grand chose malgré tout.
Je sais également que même si c'est fort peu probable, avec le temps elle peux changer de point de vue par rapport à l’asexualité, mais je sais également que ce n'est pas son point de vue sur le sujet.

Comme je sais qu'un gros soucis dans la compréhension c'est d'avoir la même définition, j'en ai parlé au psy, pour lui l'asexualité c'est l'absence totale de tout ce qui est à caractère sexuel, alors que moi et mon amie c'est la définition des Aven, soit le fait de ne pas ressentir de désirs sexuels pour autrui.

Après en avoir bien discuté avec le psy, il semblerais que la différence de la vision de l'amour entre mon amie et moi ne soit pas du au fait que je sois asexuel et pas elle ou childfree et pas elle, ... ça on a la chance de partager la même vision. Le soucis viendrais plutôt du SA, le fait que je conçois l'amour (comme tout les autres sentiments d'ailleurs) d'une manière logique et méchanique, alors que les sentiments doivent être ressentit, ça se traite avec l'émotionnel.

Donc là finalement on a prévu de travailler là dessus, m'apprendre à ressentir les choses plutôt que les analyser de manière logique.
Je ne suis pas surs de pouvoir un jour fonctionner de manière émotionnelle plutôt que logique comme le veux mon psy, mais j'ai quand même accepté, dans le pire des cas ça devrais au moins me donner de nouveaux outils pour analyser les sentiments de manière plus précise tel que différencié la colère de la jalousie,...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Relation émotionelle   Aujourd'hui à 17:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Relation émotionelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» relation maternage et câlins...
» relation "extra" conjugale
» histoire relation internationale
» invitation mariage vs relation familiale bof....
» Comment gérer une relation professionnelle difficile ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYNDROME D'ASPERGER :: Questions à Irène-
Sauter vers: