SYNDROME D'ASPERGER

Forum destiné aux personnes asperger ainsi qu'aux parents et proches d'enfants, d'ados et d'adultes présentant le syndrome d'Asperger
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un coup de main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elme



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 03/11/2013

MessageSujet: Un coup de main    Dim 03 Nov 2013, 22:26

Bonjour a tous;

Je viens vers vous car je soupçonne mon copain d'être atteint du syndrome d'Asperger.
Depuis presque trois ans avec lui, notre relation as toujours été très spéciale contrairement a ce que j'ai pu connaître, un jour je suis tombée par hasard sur une émission qui parlais de ce syndrome, et plus ils en parlaient, plus je me disais mais " whaou ? c'est exactement lui ! "

J'avais déjà entrepris quelque recherches qui m'avais conduit a le rangée dans la petite boite des "psychorigides" en lui faisant lire la description; il s'est reconnus dedans.

Je ne sais pas tellement si je trouverais des réponses ici, je suis assez désorientée a vrais dire,

C'est une personne vraiment incroyable. Quelqu'un de très intelligent, il retiens tout ce qu'il vois ou entend assez vite, et bien qu'il soit conscient d’être supérieur intellectuellement , il ne cautionne pas que l'on puisse séché sur des choses qui lui paraissent simple.

Cette rigueur qu'il s'applique a lui même, il l'impose aussi aux autres, tout doit être calculé et je souffre parfois de son manque de spontanéité.

Ses seuls centre d’intérêt sont le sport ( qui tiens une place primordiale dans sa vie )
D'un naturel assez colérique sa lui permet de se canaliser. En parlant avec ses parents j'ai aussi appris qu'il était considéré comme hyper actif étant enfant.

Il ne dors que très peu et a une relation très étrange avec la nourriture; (anorexique mentale très jeune )

Je ne me sent pas soutenue et n'arrive pas a engagé une discution sur tout ce qui se rapport aux sentiments ou émotions. j'ai l'impression parfois qu'il ne ressent aucune compassion..

je ne sais pas si cette description vous permet de m'aiguiller un peu sur ma théorie du syndrome
Merci en tout cas de m'avoir lu et de vos réponses a venir.

Bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Un coup de main    Mar 05 Nov 2013, 17:14

Bonjour , ce n'est pas notre rôle sur ce forum d'avancer si oui ou non une personne aurait le syndrome ou pas .

Mais effectivement votre ami sort sans doute de la norme et semble avoir des idées très nettes et tranchées et veut sans doute imposer ses idées pour contrôler la situation en luttant contre une insécurité insupportable sans cela, ...Les rituels sur les actes du quotidien ont la meme fonction.

les symptômes du SA ressemblent à certains autres troubles. Il n'y a qu'un psy qui pourrait trancher et encore parfois ils prennent des précautions pour enfermer telle ou telle personne sous une étiquette psychiatrique bien précise

Il faut toutefois lutter contre ses penchants "despotiques" si vous en soufrez, sauf si peut-etre que vous vous y acclimatez.
il a besoin de securité ,de confiance et également de moment rien qu'à lui pour temporiser une relation à autrui qui lui est intrinsèquement difficile.
ils ont besoin de jardin secret, d'un exutoire, d'isolement dans leur bulle.

Pour ce qui est de se confier, c'est peut être pour lui quasi de la prouesse vertigineuse
ils peuvent paraitre froids mais il n'en est rien, ils gardent tout à l'interieur, et parfois n' arrivent pas du tout à mettre des mots sur leurs émotions... ça les désempare trop , ou c'est une perte, une dépossession de soi même que de se dévoiler
il y a une différence entre non compassion et compassion gardée porte close...

de plus dans le Sa par exemple tout est maitrisé par un excès de mentalisation , et l'emotionnel est pauvre ou enfermé à double tour, tout est réguler par une extrême Logique... c'est déconcertant pour une NT ( neurotypique) qui agit souvent en fonction de ses sentiments et ressentis... quand ceux -ci sont coincées, on se retrouve devant  à une personne très rationnelle, mentale et rigide...ce n'est pas un choix finalement c'est une compensation a une difficulté je pense

la seule solution que j'ai expérimentée , c'est rassurer, ne pas vouloir tout comprendre, ecouter et miser sur le temps pour arriver a créer une complicité , de la légèreté et de la communication, de l'humour... sinon une therapie de couple pourquoi pas? mais les personnes rigides sont souvent contre cette idée puisqu'il faut se confier , se dévoiler à un inconnu...

tout est question de mesure et de concession, si vous souffrez, il faut tenter d'amener des changements minimals , sinon il faut lire et parler sur le syndrome pour trouver des voies d'une meilleure communication,... Toutefois si un Amour sincère est présent entre vous, c'est une base solide sur laquelle s'appuyer et surmonter les difficultés

il ne faut pas rever de transformer notre partenaire du tout au tout , et qu'a force de comprendre le SA il va s’envoler, tout sera toujours sous le règne du SA dans chaque pensée et agissement , mais il faut l’aménager à soi le mieux qu'on peut, c'est même parfois plus à NOUS à faire un pas pour les comprendre qu' à eux (à qui cela pose problème)

bon, je veux préciser que ce que je dis ici est ma pensée personnelle issue de mon expérience personnelle, je ne suis pas psy , je le rappelle, si mon interprétation peut sembler un peu trop psy...je m'en excuse d'avance...

bien à toi et plein de courage et de persévérance

Sandral:flower:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gurdill



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 07/10/2013

MessageSujet: Re: Un coup de main    Jeu 07 Nov 2013, 18:20

Comme le dis Sandral, on ne peux pas poser de diagnostique, il semblerais que déjà pour les psy ce ne soit pas un diagnostique évident à poser.

Après, tout dépend de tes attentes.
Si toi et ton copain souhaitez un diagnostic officiel pour obtenir une aide particulière, il faut s'adresser à des spécialistes, les gens du forum sauront surement t'en conseillé.

Si tu recherches à poser un diagnostic toi même de manière à mieux le comprendre, il y a de très bonnes lectures.
Pour ma part j'ai lu deux livres de Tony Attwood, bien que ça s'adresse à tous, cela reste écrit de manière professionnelle, il différencie bien le fonctionnement des personnes Aspie et des neurotypiques. Pour comparer je dirais que c'est un peu comme un dictionnaire de langue, une personne Aspie peux voir comment une personne normale réagit dans tel ou tel situation, et inversement.

J'ai trouvé ses livres très utiles car je pensais être normal et que tout le monde fonctionnais comme moi, là d'une part j'ai découvert que ce n'était pas le cas, et d'autre part j'ai pu voir le fonctionnement normal. ça permet de mieux comprendre les autres, de savoir qui on est et de s'accepter tel quel.

J'ai aussi lu "l'asperger au féminin" de Rudy Simone, comme je m'y attendais je m'y suis retrouvé malgré que je suis un mec et ne me suis pas du tout reconnu dans les supposition qu'elle fait du fonctionnement masculin.
Les personnes asperger ont tendance à ne pas faire de différence entre les sexes, l'auteur parle de l'asperger au féminin car elle parle de son expérience et de celle des femmes qu'elle a interrogé, mais les hommes aspies fonctionnent de même, il n'y a que peu de différences.

Le livre n'aborde que très peu le point de vue des gens normaux, il explique surtout les problèmes rencontré par les personnes asperger, j'ai trouvé l'écriture un peu trop "émotionnelle" plutôt que scientifique et rationnelle. Malgré tout c'est un bon livre que je recommande, pour moi il convient très bien à une personne normale (neurotypique) qui souhaite comprendre les aspies.

Si tu recherche de l'aide pour un problème spécifique, tu peux trouver des réponses ici sur le forum en posant tes questions.
Sur ce point je tiens surtout à souligner qu'il est très important d'énoncer clairement le problème, j'ai souvent le problème avec mon psy : si ce n'est pas assez clair pour moi, soit je ne sais pas quoi répondre, soit je donne une réponse vague et souvent à coté de la plaque. Et si c'est trop détaillé, je prend tout au pied de la lettre et mes réponses sont trop spécifiques que pour être utiles.
(Pas facile de fonctionner avec des aliens, faut apprendre à fonctionner avec eux).


Les problèmes relationnels sont très fréquent entre NT et Aspie, j'ai lu qu'il y a beaucoup de diagnostics posés qui font suite à une thérapie de couple dans lesquels ont remarque des signes d'asperger chez un des deux.
L'amour entre NT et Aspie est malgré tout possible, mais il faut que les deux partis acceptent le diagnostic d'asperger et comprennent ce que cela implique. Ensuite il faut trouver un moyen de communication entre les deux, souvent par l'intermédiaire d'un "interprète".


Pour ma part, je suis amoureux de mon amie, mais la relation est compliquée, je ne sais pas ce qu'elle ressent pour moi ni si elle comprend mes sentiments. Je n'ai pas d'expérience de la vie de couple, mais je peux peut-être donner quelques conseils.

Les aspies ne sont pas très démonstratifs de leurs sentiments aux yeux des NT, mais ce n'est pas pour ça que l'on en ressent pas.
Il se peux qu'il te démontre ses sentiments, mais que tu ne prenne pas cela de la même manière que lui.
Par exemple, ma manière de montrer mon amour pour mon amie passe à travers ses sentiments, c'est son bonheur qui fait le mien, donc je la fais rire, si elle à des soucis je fais tout pour les lui faire oublier, je lui fait des cadeaux pour voir sa joie, je lui fait découvrir de nouvelles choses, je fait les choses qu'elle n'aime pas même si pour moi c'est encore pire (prendre un renseignement en magasin par exemple).
Quand elle me prend dans ses bras, je sais que je ne suis pas démonstratif, je reste aussi droit et expressif qu'un concombre, je pense qu'elle voudrait surement que je l'enlace également.
Ce n'est pas l'envie qui me manque, lui sourire, caresser ses cheveux, déposer un baisé sur son front,... mais je n'y arrive pas. Je ressent la plupart des contacts physique comme une agression, je sais qu'elle aussi. On en a parlé et elle me dit qu'il n'y a pas de problème avec moi, mais je n'arrive pas à le faire malgré tout. Tout ce que je peux faire c'est essayer de la rendre assez heureuse que pour qu'elle me prenne dans ses bras et lui faire comprendre que son contact ne m'agresse pas contrairement aux autres que je rejette.
Pour moi, sa manière de me montrer qu'elle m'aime serait de se reposer sur moi : me demander de l'aide, me laisser résoudre ses problèmes, etc...

Si je peux te donner un conseil, c'est de mettre en commun votre vision de l'amour (peut-être par écrit, les Aspie parlent plus facilement de leurs sentiments par écrit). Si il est Aspie, il y a peu de chance pour pouvoir le faire changer et le faire aimer à la manière des NT, mais par contre tu peux lui apprendre à reconnaitre tes preuves d'amour pour lui et vice versa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Un coup de main    Ven 08 Nov 2013, 11:17

j’apprécie beaucoup ton message Gurdill. Clair et riche d'enseignements

si tu continue je vais te faire mon adjoint modérateur!! Smile Smile 

j'espère que ELME va nous répondre !

Ce forum a le chic d'etre disponible a l’échange grâce a son peu d'intervenants, mais y 'en a que ça doit sans doute décourager...

et les vies "agitées" de chacun font que les forums ne sont plus ce qu'ils étaient... avant c'était plus convivial ... des mamans dont j'ai encore des nouvelles dans la vraie vie me disent qu'elles lisent mais n'ont pas de temps d'ecrire ou ont l'impression de répéter tjrs les mêmes choses ou préfèrent les vraies rencontres. d'autres parents viennent un mois ou deux peut être le temps d'une inquiétude vis a vis de leurs enfants ou un aspie inquiet sur une question puis c'est tout, plus de nouvelles
d'autres mamans ont reçus d'autres diagnostic pour leurs petits et n'ont plus oser poster ici...

bref  beaucuop de gens passent et lisent les posts mais ne postent pas ... c'est comme ça. Je me suis habituées depuis 7 ans.

Il faut se dire que nos posts sont IMPORTANTS car ils sont lus et surtout ils sont sincères et explicatifs du vécu- même des aspis et non pas dans des echanges de savoirs sur telles ou telles passions ou des echanges de jeux de mots ou d'opinions conflictuelles comme sur d'autres forums d'aspis et NTS

bien à vous

Sandral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gurdill



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 07/10/2013

MessageSujet: Re: Un coup de main    Ven 08 Nov 2013, 15:50

sandral a écrit:
j’apprécie beaucoup ton message Gurdill. Clair et riche d'enseignements
Merci ! (J'ai l'habitude d'écrire beaucoup et j'ai souvent l'impression d'être barbant, mais écrire m'aide à réfléchi et j’apprends plein de choses en le faisant).

En effet, les forums trop nombreux ne sont pas évident, je me souvient d'un forum sur les chats, il y avais tellement de gens à poster que quand on créais un nouveau message en 30 sec il était à la 5ème page et plus personne le voyais.

sandral a écrit:
Il faut se dire que nos posts sont IMPORTANTS car ils sont lus et surtout ils sont sincères et explicatifs du vécu- même des aspis et non pas dans des echanges de savoirs sur telles ou telles passions ou des echanges de jeux de mots ou d'opinions conflictuelles comme sur d'autres forums d'aspis et NTS
J'avais recherché d'autres forums asperger, mais je n'y ai pas trouvé ce que je cherchais, je trouvais leurs sujets inintéressant, soit ils parlent de leurs intérêt spécifiques, soit ils se contentent de dresser la liste des points forts aspie et rabaisser les NT.
Autant je peux trouver utile de citer ses intérêts pour rencontrer des personnes qui sont aspie et ont les mêmes, autant je trouve que pour en parler rien ne vaut les sites et forums qui y sont dédiés et qui permettent d'y voir le point de vue des NT.
Du reste, mes points forts je les connais, je ne me considère pas comme supérieur dans ces domaines, je pense que l'on peux toujours s'améliorer, et comprendre le point de vue NT en est un bon moyen, d'autant que l'on vis avec eux.
Je trouve bien plus important de se concentrer sur nos problèmes, ce qu'il nous manque, qui nous fait défaut ou que l'on ne comprend pas. Il est bien plus rationnel de combler ses faiblesses que de souligner celles des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elme



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 03/11/2013

MessageSujet: Re: Un coup de main    Mar 12 Nov 2013, 17:21

Me revoila !
Merci a tous pour vos réponse, j'apprécie de vous lire et de voir que vous prenez le temps de m'aiguiller un peu, vraiment !

J'ai bien conscience que l'on ne peut pas cyber-diagnostiquer quelqu'un ! a vrais dire je n'ai pas vraiment parlé a mon compagnon de mes recherches sur le syndrome. Je crois que j'ai peur qu'il le prennent mal; comme ci j'essayais a tout prix de le faire passer pour responsable de nos soucis ( quelque chose comme ça ). Je pense que la démarche doit venir de lui, et que pour le moment il n'est pas réceptif..

J'ai bien sûr penser a une thérapie, mais c'est un peu pareil, en tant que " être humain régit par l'émotivité " j'ai l'impression que mes propositions lui sembleraient débile.

Je me sent démunie face a la situation. Bien que l'on s'aime, j'ai le sentiment qu'on arrive pas a s'en sortir et a ce mettre sur la même longueur d'onde !
Pourtant, avant de débuter notre relation amoureuse, nous étions de bons amis et il m'appréciais pour ma capacité a voir en lui tout ce qu'il n'arrivais pas a montrer. Mais je me sent tellement plus impliquée émotivement ( évidemment un ami quand on ne lui parle pas pendant 4 jours, et quand c'est la personne avec laquelle on dort.. pas la peine de faire un dessins ! ) je ne sais plus si mon jugement vis a vis de lui est correcte, et si je suis capable de l'aider. Puisque outre notre relation, j'aimerai qu'il se sente mieux, je vois bien qu'il a beaucoup de mal a vivre " normalement " et que ces relations sociales sont compliquée..

Enfin voila, j'écris j'écris, je ne sais pas tellement ce que j'attend en réponse.. Mais au moins je me dis que peut-être ici je trouverais une clef miracle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Un coup de main    Mar 12 Nov 2013, 17:45

courage Elme, je connais ce désemparement ! oui nous sommes pris dans l'attachement et les sentiments contradictoires, l'amour et l'amitié...nous voulons leur bonheur mais nous voulons aussi arreter de souffrir...

c'est si périlleux d'aimer sans comprendre l'autre ... on se cogne a des tas de frustrations et de non reponses...



sandral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elme



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 03/11/2013

MessageSujet: Re: Un coup de main    Jeu 14 Nov 2013, 23:17

Sandral c'est vraiment très bien résumé..!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gurdill



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 07/10/2013

MessageSujet: Re: Un coup de main    Mar 19 Nov 2013, 01:57

sandral a écrit:
c'est si périlleux d'aimer sans comprendre l'autre ... on se cogne a des tas de frustrations et de non reponses...
Je plussoie ! Exactement l'histoire de ma vie (sentimentale).

Elme a écrit:
J'ai bien conscience que l'on ne peut pas cyber-diagnostiquer quelqu'un ! a vrais dire je n'ai pas vraiment parlé a mon compagnon de mes recherches sur le syndrome. Je crois que j'ai peur qu'il le prennent mal; comme ci j'essayais a tout prix de le faire passer pour responsable de nos soucis ( quelque chose comme ça ). Je pense que la démarche doit venir de lui, et que pour le moment il n'est pas réceptif..
Il faut bien comprendre que pour faire un couple, il faut être deux (au moins clown ). Si un problème survient dans un couple, il faut savoir partager les torts, mais surtout, surmonter les problèmes ensemble.
Ton copain est peut-être aspie, ce qui fait qu'il fonctionne différemment et ça peux créé des soucis, mais les soucis ne viennent pas de lui pour autant, à ses yeux, surtout sans diagnostique car il doit se dire que tout le monde fonctionne comme lui, c'est ton comportement qui doit lui sembler bizarre.
Je pense que mettre les choses au clair est très important, il ne faut pas que l'un de vous se sente fautif ou rejette la faute sur l'autre, le problème ne vient ni de l'un ni de l'autre, mais d'une situation qui manque de clarté.

Je ne sais pas si le diagnostic est réellement utile, je ne sais pas si avoir un diagnostic officiel apportera quelque chose au problème.
Comme me dit mon psy, même en étant surs à 100% que je sois aspie, il n'est pas surs que je sois diagnostiqué, il suffit que le médecin ne soit pas compétent, pas d'humeur à écouter, etc... pour que le diagnostic soit négatif.
De plus, il se pourrais que ton copain présente un certains nombres de signes du SA, mais pas suffisamment que pour recevoir le diagnostique.
Je ne suis pas en train de te déconseillé le diagnostic, seulement il ne faut pas s'en tenir là car si il est négatif tu te retrouvera à 0.

Pour ma part, je me reconnais entièrement dans ce que j'ai lu du SA, j'y ai retrouvé mes problèmes et mon fonctionnement, alors même si un médecin me dit que je ne suis pas Aspie, ça ne change rien pour moi, que je le sois ou non, j'ai les mêmes difficultés qu'une personne Aspie, et je peux donc profiter de ce qui fonctionne pour eux.
Si tu est arrivée à te renseigner sur le SA, c'est que tu as retrouver des traits communs chez ton copain, rien ne t'empêche d'utiliser les techniques utilisée pour les aspies, qu'il le soit ou non. Les techniques sont les mêmes que pour une personne "normale" mais en tenant compte des particularité Aspie, ce qui veux dire que ça marche aussi bien pour un Aspie que pour un NT (ce qui n'est généralement pas le cas dans l'autre sens).

Elme a écrit:
J'ai bien sûr penser a une thérapie, mais c'est un peu pareil, en tant que " être humain régit par l'émotivité " j'ai l'impression que mes propositions lui sembleraient débile.

Je me sent démunie face a la situation. Bien que l'on s'aime, j'ai le sentiment qu'on arrive pas a s'en sortir et a ce mettre sur la même longueur d'onde !
J'ai l'impression que le gros problème, c'est surtout le manque de communication.
Ne vas pas t'imaginer que je vous juge, le manque de communication est source de problème chez la plupart des couples, j'ai moi même à faire à ce problème alors que je ne suis pas en couple (je n'ose pas demander à mon amie ce qu'elle ressent pour moi de peur de la perdre, par conséquent, je ne sais pas si je dois me comporter comme un grand frère ou comme un petit ami, et comme toi je passe mon temps à supposer ce qu'elle pourrait penser...).

D'après moi, la meilleur solution serait d'arriver à parler sincèrement, mettre le problème sur la table et le résoudre ensemble, seulement, il se peut que comme moi il y ai quelque chose qui t'empêche d'en parler franchement, dans ce cas il faut mettre le doigt sur le problème et tenter de le résoudre.

Elme a écrit:
Pourtant, avant de débuter notre relation amoureuse, nous étions de bons amis et il m'appréciais pour ma capacité a voir en lui tout ce qu'il n'arrivais pas a montrer. Mais je me sent tellement plus impliquée émotivement ( évidemment un ami quand on ne lui parle pas pendant 4 jours, et quand c'est la personne avec laquelle on dort.. pas la peine de faire un dessins ! )
Ah, ben pour moi un dessin serait surement utile, pasque je vois pas le lien scratch 
À moins que ce soit un truc d'ordre sexuel, auquel cas je peux pas comprendre (je suis asexuel), mais je vois pas ce qui change entre les deux.

Elme a écrit:
Puisque outre notre relation, j'aimerai qu'il se sente mieux, je vois bien qu'il a beaucoup de mal a vivre " normalement " et que ces relations sociales sont compliquée..
Je te comprend sur ce point, pour moi quand on aime quelqu'un, on cherche à faire son bonheur, mais comme dit mon psy, on ne peux pas forcer quelqu'un à être heureux, c'est à la personne de décider ce qu'elle veux.
Je sais bien qu'il a raison, même avec toute la bonne volonté du monde, on ne peux pas aider quelqu'un si il ne le souhaite pas. Mais ça ne m'empêche pas de continuer... Razz 

Est ce que ça vous arrive de parler de tout ça ? Ses problèmes face aux relations sociales ?
En fonction de ça, il y a moyen d'avancer. Si ce problème reviens fréquemment et que ça l'affecte, il est normal que tu t'y intéresse et tente de l'aider.
D'après moi, rien ne vaut la franchise, mais il faut savoir la formuler.
Tu peux par exemple lui expliquer que ça te tient à cœur de l'aider face à ses problèmes de relations sociales mais tu ne sais pas trop comment faire. Tu peux lui demander conseils sur ce que tu peux faire, il a peut-être des idées, il peux se livrer plus ouvertement par rapport à ses problèmes et il sera plus enclin à t'inclure dans la gestion du problème. Tu peux également lui expliquer que tu as entendu parler (article, TV, autre,...) du Syndrome d'Asperger, que tu ne sais pas grand choses là dessus, mais que ça semble aborder ce genre de problème et qu'il y a donc surement des solution pour les résoudre. Tu peux ainsi lui demander si il aimerait que tu te renseigne sur le sujet au cas où ça pourrait l'aider, si il accepte, c'est une bonne manière d'en arriver au diagnostic si il se sent concerné, si il refuse, peut-être qu'il ne veux pas en entendre parler (certaines personnes ont peur des diagnostics quels qu'ils soient) mais au moins tu aura lâcher l'idée, il saura que le SA peux être en rapport avec lui et pourra toujours chercher par lui même si il le souhaite.

Voila, j'ai cor écrit beaucoup, mais bon, je suis très concerné par "l'amour asperger" donc répondre m'aide aussi à réfléchir pour moi même.

J'ai également trouver un livre sur le sujet : "The Asperger Love Guide" par Genevieve Edmonds and Dean Worton (je sais pas si il est sortit en français).
C'est un livre écrit par deux aspies, je l'ai trouvé pas mal, ils expliquent les problèmes que peut poser le SA dans une relation de couple, de la rencontre à comment faire durer la relation.
Ils expliquent les différence avec une relation "normale", comme les aspies et les NT de fonctionne pas de la même façon, il faut comprendre ce qui diffère chez l'autre, apprendre à accepter certaines choses et faire des efforts dans d'autres domaines, tant pour le NT que pour l'Aspie.

Je ne sais pas si la littérature t'intéresse, perso je suis un rat de bibliothèque, je dévore tout les livres sur lesquels je peux mettre la main. Celui ci fait 91 pages (plusieurs blanches/ouverture de chapitre et un paquet de tableau) il m'a fallut 2H pour le lire.
Je ne l'ai jamais vu à ma bibliothèque ou en vente à Molière ou en seconde main (y a pas grand chose sur le SA que l'on puisse se procurer), mais si ça t'intéresse de le lire et que tu comprend l'anglais, je peux m'arranger avec toi par MP pour te le passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un coup de main    Aujourd'hui à 02:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Un coup de main
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coup de Main (Helping Hand)
» Un ptit coup de main pour choisir mes vernis ? ^^
» RF: petit coup de main!
» Besoin d'un coup de main pour un travail...
» Solidarité trollienne.... Besoin d'un coup de main....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYNDROME D'ASPERGER :: Salon d'accueil-
Sauter vers: