SYNDROME D'ASPERGER

Forum destiné aux personnes asperger ainsi qu'aux parents et proches d'enfants, d'ados et d'adultes présentant le syndrome d'Asperger
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un petit coucou en passant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cheekie3



Nombre de messages : 86
Date d'inscription : 16/08/2011

MessageSujet: Un petit coucou en passant   Jeu 14 Aoû 2014, 08:41

Bonjour cher Forum...Long time , no see...

Je ne suis pas venue depuis bien longtemps..les nouvelles : bof!

Nous avons du faire face à d'énormes soucis financiers et le moral en a pris un sacré coup en même temps, il fallait gérer le loustic qui passait son brevet des collèges.

Il l'a eu avec mention  Surprised Surprised Surprised 

Alors oui je peux témoigner maintenant sur les années collège, à mon avis les plus difficiles surtout quand vous ne bénéficiez d'aucun soutien.Le loustic n'a jamais voulu demander de l'aide , n'a jamais voulu qu'on signale ses difficultés.Il a géré seul mais à quel prix.

Il n'a pas réussi à se faire des copains, moralité cet été il s'enferme dans sa chambre, ne veut pas sortir, refuse absolument notre présence.Il y a eu quelques épisodes encore assez violents ( mon mari est obligé de le maîtriser pour éviter que cela dégénère car il cherche à se battre) en cette fin d'année scolaire.Nous n'avons pas su toujours gérer les conflits.Pourtant, nous savons qu'en fin d'année , il est épuisé, a bout et que du coup il nous fait payer .Il nous en veut, dit que son état est du à cause de nous, et son discours ne veut pas changer.Il ne nous aime pas .

On continue à faire le dos rond, on part du principe qu'il va grandir encore et encore et qu'un jour tout cela sera derrière nous.

Je ne suis pas certaine ...Cela fait 4 ans maintenant que nous avons eu son diagnostique, il me semble que cela fait une éternité...A l'époque, j'étais venue sur ce forum avec l'angoisse du collège à venir...Maintenant il va au lycée.Comme quoi tout est surmontable et que la vie nous réserve son lot de surprises.

Je pense que nous aurions pu faire mieux avec loulou, mais notre vie personnelle étant très très compliquée , nous n'avons pas toujours pu faire face à ses crises , ses angoisses.

Une chose est certaine , et je ne le regrette pas, depuis sa naissance et jusqu’à cette année( 14 ans), je l'ai stimulé, bousculé, inscrit partout.Mais adolescence oblige, cette fois je ne peux plus, il refuse toute activité , nous vivons au soleil, il est blanc comme un cachet d'aspirine et depuis le 27 juin, il n'est pas sorti une seul fois de chez nous.Si on le force, il se met en mode violent.Nous abdiquons et ce pour la première fois j'avoue.

Le lycée arrive....c'est pour moi comme une nouvelle tempête à l'horizon alors je laisse faire...qu'il dorme, se repose, oublie le temps qui passe.

Le plus dur c'est d'accepter sa solitude, je pense qu'il en souffre et je ne peux pas l'aider.Petit c'était plus facile de lui faire des copains mais maintenant ...de plus, il refuse notre aide c'est normal, et nous demande de lui lâcher les baskets..(même s' il ne fait toujours pas ses lacets)

Alors que dire, quel conseil donner...J'ai tout fait pour que son enfance soit la plus normale possible, il n'a pas été exempté de sport alors qu'il aurait pu, il n'a pas eu de tiers temps pour son examen alors qu'il aurait pu, il n'a pratiquement jamais manqué le collège alors que les réveils étaient difficiles et parfois cruels.Combien de matins, sans vouloir manger, se laver les dents, se coiffer...combien de matins, je l'ai vu partir prendre son bus, seul et triste.

Je ne lui ai pas imposé ces choix, au contraire, c'est lui aussi qui ne voulait pas "flancher", et montrer sa différence.Mais ma question aujourd'hui est de savoir si j'ai eu tord ou raison? Peut-être aurais je du moins l'écouter et prendre rendez vous avec ses profs et signaler son handicap.Peut-être qu'aujourd'hui, il serait mieux dans ses baskets qu'il apprendrait à lacer...Peut-être ....

Quoiqu'il en soit, ce qui est fait est fait et tant pis l'heure n'est plus au regret, nous avons décidé de gérer seuls notre fils, et ma foi c'est très difficile.Le résultat est positif quand, il réussit scolairement mais nous ne sommes pas convaincus socialement.Je rêve du jour ou il me présentera sa copine  lol! et je ne manquerais pas de venir vous en parler.

Il ne faut pas se leurrer, cet accompagnement au quotidien est extrêmement dur et quand l'adolescence se greffe la dessus...mais je sais qu'on a pas le choix, on avance petit à petit mais on avance....

La tendresse me manque, il refuse toute tendresse.Il en a pour son chat ...c'est pô juste !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandral



Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Un petit coucou en passant   Ven 15 Aoû 2014, 10:39

Chère Chekkie, tout d'abord je te remercie de ton petit passage parmi nous!

je te remercie aussi de ce témoignage , il m'a touché très fort, droit au coeur, tu résumes avec une exactitude époustouflante le grand dévouement des parents quand ils veulent a tout prix s'investir dans l'éducation de leur fils aspi... un vrai parcours de combattant, des épreuves sans répit , des petites et grandes réussites, des cataclysmes, des bourrasques, des régressions, des bonds en avant, et cette immense souffrance psychique à la fois d'un parent aimant qui se fait claquer les portes au nez de tout dialogue et tendresse et de cette solitude extrême qui enveloppe l'enfant comme une couche impénétrable qui nous déchire le cœur et nous inquiète pour son avenir.
Tu as tout à fait raison on ne peut forcer la porte, on est obligé d'obtempérer, on acquiesce , à sa volonté de se débrouiller seul, de ne pas vouloir avouer, de ne pas vouloir être étiqueté, ... néanmoins je trouve qu'il y a une limite Chekkie
Quelle épreuve terrible Chekkie, plusieurs semaines sans sortir , de la violence physique, un soit disant "non- amour" pour vous, ce sont indéniablement des signes a la fois de troubles de l'adolescence et de grande souffrance,
une psy m'avait dit "votre fils n'est pas seulement aspi , il traverse l'adolescence, et les troubles sont decuplés, merci madame aurevoir..."

pourquoi se cloitre -t-il si fort dans ses remparts? j'imagine qu'il n'y a pas que une cause bien -sûr mais un cumule de raisons
est -ce de la peur d'affronter le dehors, le regard jugeant d'autrui , l'imprevisibilité, soit de la honte d'etre différent, soit les deux à la fois, et refuser votre sollicitude, , votre inquiétude...
Y a-t-il eu des évenements angoissants dans la famille, tu dis avoir traversé des soucis vous -même, se protège-t-il aussi?
Vient-il encore manger les repas avec vous? parle-t-il un minimum avec vous?

que fait-il dans sa chambre ? l'ordi? des sites d'info? des jeux en lignes? la télé? les livres? dormir?

Refuser de l'aide c'est à mes yeux soit se sentir condamné, soit indigne de la recevoir , soit croire que l'autre nous prend pour plus faible que l'on est, soit croire que l'on va s'en sortir seul car personne ne peut nous comprendre...

moi aussi je me suis retrouvée devant ce silence bétonné sur son syndrome durant des années ( parler de tout sauf de cela::Smile et devoir se taire face aux profs intrigués également , et finalement un jour on a craqué , moi puis lui ensuite, et on a DU LE DIRE aux profs , de gré ou de force devant des situations très difficiles on doit lâcher du lest comme le roseau plie au vent sinon il se brise...
N'as-tu pas trouvé nulle part un psy spécialisée dans l'autisme qui pourrait te et le conseiller?

je comprends si bien tes mots et ta douleur, je suis de tout cœur avec toi et c'est vrai des progrès , il y a et en auras toujours ! quand le pic passe , la tension redescend toujours , et dans la tempête , il faut rester ferme et convaincu malgré tout, juste par amour et bienveillance on doit lui faire confiance.

Mon fils a été "sauvé" par des profs puis des psys puis une copine aussi différente, fille d'une amie a moi...L'université a été l'année passée un bond en avant et une sortie je l'espère durable de sa bulle autistique comme on dit, il est très a l'aise dans le monde à présent , malgré sa migration dans sa chambre dès qu'il entre à la maison, besoin de se recentrer je pense, ses doutes sur lui même et ses revoltes contre le monde...et à ses 20 ans on peut dire que c'est une période faste qui redonne la monnaie de sa pièce aux parents qui ont endurés précédemment. Les fils de mes amies du passé aussi on très bien evoluer vers 17, 18, 19 ans

il n'est pas dans du non -amour , ne pense pas cela Chekkie! il est agacé, en colère, décu, honteux !!
ils nous aiment a leur façon , nous sommes les piliers rassurants, ( si nous ne nous positionnons pas dans le conflit et la rancune en retour) et pendant l'adolescence Chekkie sais -tu ce qu'on fait avec un bon pilier? devant un pilier bien solide , on doit parfois frapper fort pour tester sa solidité !! solidité des fondements, solidité de vos valeurs, de vos interdits, de vos sentiments pour lui


plein de courage , ne jamais perdre l'espoir et la confiance, mais aussi oser dire , je n'en peux plus, je ne sais plus quoi faire...

et encore merci pour ton message!!!!


Sandral  sunny 



(PS je te conseille quand meme de consulter quelqu'un)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un petit coucou en passant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» coucou en passant
» Un petit coucou !
» Juste un petit coucou
» Juste un petit coucou.
» Un petit coucou de passage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SYNDROME D'ASPERGER :: La vie au quotidien-
Sauter vers: